Alain BENARD élu Alliance Sociale, s’est opposé aux massages au bureau, proposés par Valérie DAROCHA secrétaire du CE.

Alain BENARD élu Alliance Sociale, trouve honteux de traiter ce type de points à l’ordre du jour du Comité d’établissement de SOGETI, et de financer des massages aux bureau, alors que de nombreux salariés étaient confrontés à des problèmes de licenciement et autres …

EXTRAIT DU PV du CE
en date du 22 juillet 2009,
Massage pour les salariés  : Page 31, 32

EXTRAIT DU PV du CE en date du 22 juillet 2009, Massage pour les salariés : Page 31, 32

Le Secrétaire du CE : Si vous n’avez pas d’autres questions, pouvons-nous continuer ?

– Massage pour les salariés sur le site de Duret et St Cloud, vote

Alain BENARD : Pourquoi étudier ce genre de point ? Nous sommes en période de crise et tu pollues les ordres du jour avec ce genre de point.

Le Secrétaire du CE : J’ai mis à l’ordre du jour le massage pour les salariés du site Duret et Saint-Cloud. Je vous ai fait parvenir l’information. Nous avons eu plusieurs appels au CE de salariés des fonctions support, paye et comptabilité qui nous ont fait remarquer que leurs collègues ex-IS partageant leur bureau se faisaient masser ; ils voudraient avoir le même service.

J’ai reçu deux devis. Je ne vous en ai envoyé qu’un parce que l’autre était un peu plus cher. L’avantage de cette proposition est qu’il s’agit déjà de la personne qui intervient déjà pour IS. Aujourd’hui, le massage par salarié est facturé 20 €, le CE prend à sa charge 13 €, ce qui revient à 7 € pour le collaborateur.

La responsable a un planning. Elle commence à 10 h 00 et finit à 17 h 30.

Elsa Sitbon : Cela veut dire que ces massages ont lieu ici ? Une salle va-t-elle être dédiée ?

Le Secrétaire du CE : Aujourd’hui, je ne sais pas comment cela se passe. Les salariés ex IS qui sont basés sur Saint-Cloud, y ont déjà accès.

La séance de massage dure 20 minutes ; la part du CE est de 13 € ; il faut avoir suffisamment de demandes le même jour, parce que s’il y a une demande pour un jour, la personne ne se déplacera pas. Elle fait 15 massages dans la journée. Nous paierons à la journée.

Elsa Sitbon : Cela veut dire que ce dispositif touche uniquement les personnes qui sont présentes ici ? De plus, avec de telles contraintes d’emploi du temps, le massage se fera-t-il pendant l’heure du déjeuner ?

Le Secrétaire du CE : La masseuse à une pause de 30 minutes pour déjeuner, des massages sont possibles entre 12h et 14h et seront accessibles à toute personne qui pourra venir sur Saint-Cloud ou Duret

Je vous propose de passer au vote.

Daniel Delice : Nous ne sommes pas là pour voter systématiquement et sans débattre n’importe quelle proposition. Cette demande me semble bien futile ; surtout j’émets des réserves quant à l’impact que pourrait avoir ce type de massage sur la santé des collaborateurs. Un massage est un acte important. Il suffit de regarder les points d’acupuncture. En même temps, cela est presque un acte médical, en définitive. Nous allons avoir un local affecté à une action à caractère médical. Quel impact cela peut-il avoir, notamment au vu de la pandémie de grippe qui risque fort de se perpétuer ? Il faudrait consulter le médecin du travail pour ce type de massage.

J’estime qu’il s’agit d’une demande futile. Le fait que cette demande provienne des collaborateurs ne lui donne pas automatiquement un caractère légitime. Ne confondons pas suivre les recommandations raisonnés des collaborateurs d’une part, et accepter tous leurs caprices de l’autre

Joëlle Delas-Melleray : Je voulais dire que j’ai suivi une formation sur ce sujet. J’ai une chaise pour faire les massages assis. Nous demandons toujours aux gens s’ils ne sont pas malades, parce qu’effectivement, nous n’avons pas le droit de masser des gens qui ont un cancer ou une maladie de cette importance. Mais ce n’est pas du tout dangereux, il s’agit d’un massage détente et pas du tout d’un massage thérapeutique. Ce n’est pas un massage de kinésithérapeute ; nous pouvons donc le faire sans souci. Il n’y a aucune crainte à avoir. Nous ne touchons pas aux articulations.

Le Secrétaire du CE : Seuls les massages effectués sont facturés. Cela implique que le planning soit suivi par le CE. La masseuse interviendrait donc sur le site de Saint-Cloud et sur le site de Duret, parce que nous avons des collaborateurs ex-AS et les massages seraient effectivement ouverts aux collaborateurs qui pourraient se déplacer ce jour-là pour se faire masser s’ils le souhaitent.

Je vous propose aujourd’hui une enveloppe maximum de 200 massages ; nous verrons ensuite ce qui va se passer. Cette enveloppe représenterait un coût de 2 600 €.

Daniel Delice : Nous avons refusé une aide à un salarié handicapé ; maintenant nous sommes en train de proposer des actes dont l’efficacité n’est pas prouvée pour des sommes importantes.

Le Secrétaire du CE : Rien ne sert de polémiquer sur ce point. Il est inscrit à l’ordre du jour, vous vous êtes exprimés, je vous demande maintenant de passer au vote.

Le projet de subvention de 2600 euros destinée aux salariés souhaitant bénéficier de massages est adopté par 5 voix favorables et une abstention.