ECONOCOM avis, salaires, conditions de travail …

ECONOCOM avis, rien que des faits, aucun avis de connivence. Contrairement à certains  sites qui se contentent de publier des informations saisies par des internautes via des formulaires et sans aucun contrôle, il s’agit parfois de sites de publicité déguisée pour certaines SSII. Mais les salariés ne sont pas dupes…

Alliance Sociale, ne fait pas la promotion des SSII.
Salaires
Carrière, missions
Conditions de travail
Alliance Sociale vous offre un avis objectif, basé sur des faits, avis fiable et juste

ECONOCOM avis juridique

Vous trouverez ci-dessous des décisions de justice, bien souvent des arrêts de la cour d’appel dans lesquelles la SSII ECONOCOM, et ses filiales ont été mise en cause et condamnée.

Une lecture attentive de ces décisions, et notamment pour la partie « Exposé des Faits » et « Lettre de licenciement » , vous donne un Avis sur les conditions de travail, les mission, l’intercontrat, et sur le comportement des dirigeants plus généralement.

Bonne lecture

ECONOCOM avis
Analyste d’exploitation

ECONOCOM avis : Analyste d’exploitation cadre, position 2, coefficient 100

La salariée a été engagée à compter du 12 février 2002, suivant contrat à durée indéterminée, par la société EUROPE COMPUTER SYSTEMES en qualité d’analyste d’exploitation, statut cadre, position II, coefficient 100, moyennant une rémunération mensuelle brute qui s’élevait en dernier lieu à 3.000,00 euros et un treizième mois, versé le 31 décembre, prorata temporis.

La salariée a été licenciée pour faute grave le 15 Octobre 2004.

La salariée âgée de 40 ans au moment du licenciement, avait une ancienneté de 2 ans et 8 mois.

Contestant son licenciement et s’estimant victime de harcèlement moral, la salariée a saisi le conseil de prud’hommes, et la société ECONOCOM a été condamnée pour harcèlement moral notamment.

Lire l’article

ECONOCOM avis
Chef de projet

ECONOCOM avis : Chef de projet au sein de la direction technique

Le salarié a été embauché par la société ECONOCOM MANAGED SERVICES  le12 août 2002,  par contrat à durée indéterminée, en qualité d’ingénieur réseaux télécom, statut cadre, position 1.2, coefficient 95.

Dès son embauche, il a été affecté à la réalisation d’une mission auprès du client PMU, avec les principales tâches suivantes :

  • administrer le système informatique
  • garantir la disponibilité et la sécurité des données et des applications,
  • gérer les règles opérationnelles de sécurité logistique,
  • gérer les projets

Par avenant du 29 janvier 2007 avec effet rétroactif au 8 novembre 2006, le salarié a été affecté au département Téléservices.

Par avenant en date du 28 mai 2010 avec effet rétroactif au 1 er mars, le salarié a évolué vers un poste de chef de projet au sein de la direction technique.

Le salarié a exercé les fonctions de responsable système réseaux du 21 février au 21 mai 2011 avant  de retrouver à sa demande, ses fonctions de chef de projet.

Le 4 mai 2012, le salarié est passé à mi-temps thérapeutique suite à l’avis du Médecin de travail, jusqu’au 1er avril 2013.

Le salarié a assigné ECONOCOM en justice et l’a fait condamné pour harcèlement moral.

Lire l’article

ECONOCOM avis
Responsable opérationnel de comptes sénior

ECONOCOM avis : Responsable opérationnel de comptes sénior

Le salarié a été recruté par la SAS ECONOCOM MANAGED SERVICES dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée du 8 novembre 2007 en qualité de responsable opérationnel de comptes sénior, statut cadre, position C.2.2, coefficient 130 de la convention collective nationale SYNTEC, moyennant un salaire (partie fixe) de 3.583 euros bruts mensuels et une part variable de 3.000 euros bruts annuels versée semestriellement en fonction des objectifs atteints.

Aux termes d’un avenant du 7 mars 2008, Monsieur X a été promu au poste de service unit manager, niveau conventionnel 2, échelon 2, coefficient 130 (cadre).

Dans le dernier état de la relation contractuelle de travail, l’appelant percevait un salaire de base de 3.654,66 euros bruts mensuels.

Par lettre du 3 novembre 2008, la SAS ECONOCOM MANAGED SERVICES a convoqué Monsieur X à un entretien préalable prévu le 14 novembre, avant de lui notifier le 25 novembre 2008 son licenciement ainsi motivé :

«Vos insuffisances professionnelles et persistantes et les défaillances constatées dans l’exécution de vos fonctions de Service Unit Manager ne nous permettent plus d’envisager la poursuite de notre relation de travail».

Monsieur X a été dispensé d’effectuer son préavis de trois mois qui lui a été payé.

Lire l’article

ECONOCOM avis
Technicien de prestations

ECONOCOM avis : Technicien de prestations de services niveau 2.1 coefficient 275

Le salarié a été embauché par la société THOMAINFOR FRANCE, aux droits de laquelle vient désormais la SAS OSIATIS France, suivant contrat de qualification daté du 21 octobre 1996.

Le 25 avril 1998, un contrat de travail à durée indéterminée a été régularisé, avec reprise de son ancienneté au 21 octobre 1996.
Le salarié était alors technicien de prestations de services, niveau 2.1, coefficient 275, pour 37 heures hebdomadaires, avec un salaire annuel de 114.400 Francs sur 13 mois.

La relation de travail est soumise à la convention collective nationale SYNTEC.

Dans le dernier état de la relation de travail et depuis le 1er avril 2008, Monsieur X s’est vu reconnaître par l’employeur la position de cadre 2.2 indice 130.

Entre 2006 et 2010, Monsieur X a dénoncé un certain nombre de comportements de son employeur à son encontre.

Le 3 mars 2010, Monsieur X a été placé en arrêt de travail pour cause de maladie, les certificats mentionnant une dépression réactionnelle professionnelle et n’a plus repris le travail.

À la suite de deux visites des 8 septembre et 21 septembre 2011, il a été déclaré par le médecin du travail inapte à tout poste dans l’entreprise OSIATIS France.

Par courrier recommandé daté du 3 décembre 2011, la société OSIATIS France a convoqué Monsieur X à un entretien préalable à son licenciement fixé au 13 décembre 2011 au siège de la société à Vélizy. Le salarié ne s’est pas rendu à cet entretien.

Le 9 décembre 2011, Monsieur X a saisi le conseil de prud’hommes pour demander la résiliation judiciaire de son contrat de travail aux torts de l’employeur.

Lire l’article

ECONOCOM avis
Support produit

ECONOCOM avis : Support produit

Le salarié a été embauché en contrat à durée déterminée à temps plein, du 1er octobre au 1er décembre 1990, par la société SPECTRAL MIS en qualité de ‘support produit’, niveau 4 échelon 3 de la convention collective nationale des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs-conseils et des sociétés de conseils du 15 décembre 1987, dite SYNTEC.

  • Le 2 décembre 1990, son contrat s’est transformé en contrat à durée indéterminée.
  • Son contrat de travail a finalement été repris par la société par actions simplifiée OSIATIS FRANCE.
  • Le 13 octobre 2005, Monsieur X a été victime d’un accident de voiture en rentrant à son domicile.
  • D’octobre 2005 à fin septembre 2008, Monsieur X a bénéficié d’arrêts maladie successifs.

La société OSIATIS FRANCE indique que son salarié aurait été soumis à une visite médicale de pré-reprise le 30 septembre 2008, ensuite de quoi, elle a transmis au médecin du travail, par courrier du 9 octobre 2008, un descriptif de poste le concernant.

Le salarié a été soumis à deux visites médicales de reprise, les 15 octobre et 4 novembre 2008.
Il a été déclaré inapte à son poste mais apte avec des restrictions.

Divers courriers ont ensuite été échangés entre les parties, la société OSIATIS France abandonnant la procédure d’inaptitude mise en œuvre.

Du 18 février au 13 avril 2009, le salarié a de nouveau été en arrêt maladie, puis placé en inter-missions à son domicile.

Lire l’article

Avocat droit du travail

Message aux salariés de la société ECONOCOM et plus largement à tous les salariés et Freelance de la convention SYNTEC

Vous cherchez un avocat en droit de travail ?

Le choix d’un avocat ne doit pas se faire à la légère

Alliance Sociale peut vous mettre en relation avec un avocat de son réseau : Contactez Alliance Sociale


A lire d’autres articles

Pourquoi démissionner quand on peut faire autrement ? Lire notre article à ce propos : La démission, une forme de rupture à éviter

Avant de partir ou d’accepter une mission penser à l’ordre de mission : Toutes les questions sur l’Ordre de mission

Pour éviter des erreurs et maladresses mieux vaut lire notre article : SSII refuser une mission conséquences et astuces

Pour la classification SYNTEC lire la page dédiée :  SSII, il n’y pas que le salaire qui compte, la classification aussi

Lire aussi notre article à propos des Congés payés forcés, imposés ou anticipés par l’employeur


Cet article vous a été offert par Alliance Sociale, un syndicat professionnel indépendant, qui ne touche aucune subvention ni de l’état ni des employeurs.
Si cet article vous a informé ou aidé, vous pouvez à votre tour aider Alliance Sociale :

  • en partageant cet article sur les réseaux sociaux : FaceBook, Google+ ou Twitter
  • en faisant un dons, ou une adhésion déductible de vos impôts sur le revenu.