GFI Informatique avis objectif et justealliance-sociale-travailler-plus

GFI Informatique avis, une requête utilisée régulièrement par les internautes pour espérer obtenir un avis objectif sur une SSII avant d’envisager de la rejoindre. Malheureusement, dans la majeure partie des cas ils tombent sur des sites publicitaires qui publient des avis orientés, des avis de connivence, des avis dont les sources sont anonymes, des avis impossible à vérifier vus que les sources sont douteuse. Mais les salariés ne sont pas dupes.

Alliance Sociale, se base sur des décisions de justices pour vous donner un avis JUSTE.

GFI Informatique avis salaire

GFI Informatique avis salaire, Alliance Sociale se base sur les grilles de salaire,  sur les bulletins de paie des salariés, mais aussi sur des extraits des décisions de justices dans lesquelles figure bien souvent des données intéressantes : Fonction, Salaire, ancienneté, age, mission, lettre de licenciement…..

GFI Informatique, travailler plus pour que le PDG gagne plus

GFI Informatique avis salaire comparé :

Le salaire en France est un tabou, tout est fait pour garder la confidentialité de son salaire, mais tout fini par se savoir. Dans les grandes société cotés en bourse, la loi oblige les entreprise à communiquer certaines données, non déplaise aux dirigeants.

Une bonne SSII est une SSII qui redistribue une bonne partie de la facture au salarié qui a effectué le travail.

GFI Informatique avis
Chef d’agence de GFI PROGICIELS

GFI Informatique avis : Chef d’agence de GFI PROGICIELS

Avis d’un chef d’agence de GFI PROGICIELS :

  • Type de contrat de travail : CDI
  • Date d’engagement : le 3 novembre 2005 par la société cessionnaire NEMAUSIC présentée comme filiale du groupe GFI Informatique
  • Classification  Syntec : Catégorie Cadre position 2.3, coefficient 150
  • Salaire mensuel brut : 3.250,00 €, auquel s’ajoutent une prime de vacances et une prime de fin d’année.

Licencié le 28 novembre 2012 pour insuffisance professionnelle.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Ingénieur d’encadrement

GFI Informatique avis : Ingénieur d’encadrement de COGNITIS France

Avis d’un ingénieur d’encadrement de COGNITIS France : Date d’engagement le 31 janvier 2006.
Rémunération mensuelle brute moyenne : 4.001,17 €

Licencié pour faute le 4 avril 2013.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Ingénieur d’étude

GFI Informatique avis : Ingénieur d’étude AIRIAL CONSEIL

La salariée a été engagée à compter du 1er décembre 2008 par la société AIRIAL CONSEIL comme ingénieur d’étude, statut cadre, coefficient 115 de la convention collective des bureaux d’études techniques, cabinets d’ingénieurs-conseils, sociétés de conseils, dite Syntec, applicable au sein de l’entreprise.

Dans le dernier état de la relation contractuelle la moyenne des salaires s’élevait de l’accord des parties à la somme mensuelle brute de 3.513,08 €.

Par courrier recommandé du 4 avril 2013, la société AIRIAL CONSEIL a indiqué à Madame X qu’elle ne pouvait être reclassée en interne dans l’entreprise et lui a adressé un questionnaire de mobilité relatif à l’acceptation d’un éventuel reclassement à l’étranger.

Par lettre recommandée du 16 avril 2013, Madame X a été convoquée à un entretien préalable à un éventuel licenciement fixé au 6 mai 2013 puis elle s’est vu notifier son licenciement pour motif économique par lettre recommandée du 27 mai 2013.

Contestant son licenciement et estimant ne pas être remplie de ses droits, Madame X a saisi le conseil de prud’hommes le 4 novembre 2013 afin d’obtenir le paiement de diverses indemnités découlant de l’absence de cause réelle et sérieuse du licenciement, de l’exécution déloyale du contrat de travail et du manquement à l’obligation d’adaptation du salarié à l’évolution de son emploi.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Ingénieur consultant

GFI Informatique avis : Ingénieur consultant ADDSTONES CONSULTING

Le salarié a été engagé par la société ADDSTONES CONSULTING par contrat à durée indéterminée ayant pris effet le 14 janvier 2009, en qualité d’ingénieur consultant, statut cadre.

La SAS ADDSTONES VANILLA vient aux droits de la société ADDSTONES CONSULTING à la suite de la fusion des deux sociétés intervenue le 1er janvier 2014, par transmission universelle de patrimoine.

Monsieur X a été mis à pied à titre conservatoire le 22 février 2011 et licencié pour faute grave par lettre du 31 mars 2011.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Ingénieur analyste

GFI Informatique avis : Ingénieur analyste

Le salarié a été engagé par la Société GFI Informatique par contrat à durée indéterminée ayant pris effet le 20 août 2001, en qualité d’ingénieur analyste, au statut cadre.

Il a bénéficié, à compter du 1er novembre 2007, d’une augmentation de salaire portant sa rémunération à 3 337,72 euros brut.

Le salarié a été licencié par lettre du 16 novembre 2009.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Analyste

GFI Informatique avis : Analyste

Le salarié a été embauché le 15 septembre 1997 comme analyste, coefficient hiérarchique 210 et position 3.2.

Suite à un accord sur la réduction du temps de travail en date du 31 mai 2001, il a été affecté en ‘modalité 2″ (modalité réalisation de mission).
La société l’a par la suite ‘rétabli’ ‘dans la modalité 1″ (modalité standard) par simple modification de la mention sur le bulletin de paie à compter d’octobre 2006, au motif que l’affectation sur la ‘modalité 2″ résulte d’une erreur matérielle. En décembre 2002, il a été désigné en qualité de délégué syndical par le syndicat Sud.

Le salarié a saisir la justice et a demandé la résiliation judiciaire du contrat de travail aux torts de GFI.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Chargée de recrutement

GFI Informatique avis : Chargée de recrutement

La salariée a été engagée par cette société, le 5 mars 2001, en qualité de Chargée de recrutement, statut cadre, rattachée à l’activité Administration, suivant contrat à durée indéterminée, comportant une clause de mobilité.

La salariée est partie en congé maternité le 17 janvier 2002, son retour étant prévu le 17 juin suivant ;
Cette absence sera prolongée par un arrêt maladie d’un mois, puis par dix jours de R.T.T.

Avant sa reprise, la salariée est informée de la décision de la société GFI Informatique de la muter à Nantes, ce qu’elle refuse.

Par courrier en date du 23 juillet 2002, l’employeur convoque la salariée à un entretien préalable en vue de son licenciement éventuel, fixé au 30 juillet suivant.

Par lettre recommandée avec accusé de réception du 2 août 2002, la société GFI Informatique notifie à Madame X son licenciement pour refus de mutation, avec un préavis de trois mois.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Consultant Manager

GFI Informatique avis : Consultant Manager chez GFI consulting

Le salarié a été engagé par GFI Consulting à compter du 5 juin 2001 en qualité de Consultant Manager, Position 3.2, coefficient 210, statut Cadre.

Modalités de la rémunération : Fixe et variable

La rémunération stipulée au contrat comportait, en sus d’une partie fixe, une partie variable stipulée à l’article 3 du contrat de travail dans les termes suivants:

« Vous bénéficierez d’une partie variable au titre d’une prime d’objectif. Les modalités d’attribution et le montant de cette partie variable vous seront définis chaque année avec votre accord par avenant au présent contrat, l’Entreprise se réservant le droit d’en modifier chaque année la formule ».

En application de cette clause, les parties ont conclu pour chacune des années 2001, 2002, 2003, 2004 et 2005 un avenant fixant les conditions d’obtention et les modalités de calcul de cette partie variable, composée de trois bonus distincts, calculés en fonction de l’atteinte de différents objectifs fixés en termes de chiffres d’affaires et de marge.

  • Le premier de ces bonus était lié à la performance individuelle du salarié
  • Le deuxième à la performance de sa division d’affectation
  • Le troisième à la performance de la société GFI Consulting.

 Promotion : Directeur de missions

Par lettre du 17 janvier 2007, l’avocat du salarié a écrit à la société GFI Consulting pour lui indiquer que son client lui avait remis un dossier laissant apparaître qu’il serait victime de harcèlement de la part de Madame Pascale G.

Par lettre du 26 mars 2007, le salarié a pris acte de la rupture du contrat de travail aux torts de l’employeur.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Gestionnaire de produit

GFI Informatique avis : Gestionnaire de produit

La salariée a été engagée le 19 octobre 1998 suivant un contrat de travail à durée indéterminée par la SA GFI Informatique, en qualité de gestionnaire de produit position 3.2, coefficient 450, catégorie ETAM.

Salaire moyen de la salariée : 2.530,00 €

Un avertissement lui a été notifié le 6 novembre 2006.

Le 25 mars 2008, Madame X a saisi le conseil de prud’hommes de Paris aux fins de résiliation de son contrat de travail pour harcèlement moral et condamnation de la SA GFI Informatique à lui régler diverses indemnités et rappels de salaire.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Directeur de projet

GFI Informatique avis : Directeur de projet

Suivant lettre du 15 mai 2006, le salarié a été embauché à compter du 1er septembre suivant par la société GFI informatique, en qualité de directeur de projet, position 3.1, coefficient 170, catégorie cadre, pour un salaire de base mensuel brut fixé initialement à 4 384,61 euros, le contrat prévoyant également une part variable.

Par courrier recommandé du 18 août 2008, la société, après un entretien préalable qui s’est tenu le 22 juillet 2008, a notifié un avertissement au salarié.

Par courrier daté du 3 septembre 2008, le salarié a mis en demeure son employeur de lui payer sa rémunération variable pour les années 2006 et 2007 et a réclamé à ce titre la somme totale de 4.000,00 €.

Par courrier du 23 octobre 2008, le salarié a contesté l’avertissement qui lui avait été notifié et s’est plaint à son employeur de subir le harcèlement de son supérieur hiérarchique, M. C.

La société a répondu à son salarié par courrier du 26 novembre 2008.

Par courrier recommandé que le salarié a pris acte de la rupture de son contrat de travail au terme d’une lettre de plus de sept pages adressée à son employeur qui a précisé l’avoir reçue le 17 décembre suivant.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Ingénieur commercial

GFI Informatique avis : Ingénieur commercial

Le salarié a été engagé par la société GFI INFORMATIQUE en qualité d’ingénieur commercial, statut cadre (position 2.2, coefficient 130) à compter du 25 mai 2004 suivant contrat écrit à durée indéterminée du 12 mai 2004 soumis à la convention collective nationale des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs-conseils et des sociétés de conseil dite convention SYNTEC.

Promotion responsable d’agence : position 2.3 coefficient 150

A compter du 1er janvier 2007, le salarié a été promu responsable de l’agence SAP Rhône-Alpes. Il était alors placé en position 2.3, coefficient 150.
Par avenant du 1er avril 2008, le salarié a été promu «responsable d’agence» position 3.1, coefficient 170, à compter du 1er mai 2008.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Chef de projet

GFI Informatique avis : Chef de projet

La salariée a été engagée le 5 novembre 2007 par la Société GFI Informatique par un contrat à durée indéterminée en qualité d’ingénieur d’études, analyste.

Par un avenant à son contrat de travail en date du 14 avril 2008, la salariée a été promue Chef de Projet.

En septembre 2008, les médecins ont annoncé à Madame X qu’elle était atteinte d’une Polyarthrite rhumatoïde.

Madame X a alors repris son activité dans le cadre d’un temps partiel pour motif thérapeutique sur la période du 16 mars 2009 au 13 avril 2009.

Cependant, Madame X n’a pas fait l’objet d’une visite de reprise auprès du médecin du travail et, cet aménagement de travail n’a duré qu’un mois car le poste de Mademoiselle X n’était pas compatible avec un temps partiel.

Le 7 avril 2010, à la demande de la salarié, celle-ci a été examinée par le médecin du travail.

Madame X a alors été arrêtée pour inaptitude temporaire.

Puis, le 12 mai 2010, Madame X a été convoquée à une visite de reprise lors de laquelle le médecin du travail l’a déclarée « inapte à tous postes dans l’entreprise (et a précisé) : A ne pas revoir dans 15 jours pour danger immédiat en cas de reprise de travail ».

Par courrier du 24 juin 2010, la Société GFI Informatique a notifié à Madame X son licenciement en raison de son inaptitude constatée par le médecin du travail et à la suite de laquelle le reclassement s’est avéré impossible.

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
Chef de projet

GFI Informatique avis : Chef de projet

Le salarié a été engagé par la société GFI INFORMATIQUE suivant contrat à durée indéterminée du 3 septembre 2007, en qualité d’ingénieur d’étude et de développement ;

Que son revenu mensuel brut s’est élevé à 2.925,00 euros au dernier état de sa collaboration ;

Attendu que par lettre du 15 décembre 2009 , Monsieur X a démissionné de ses fonctions estimant avoir été contraint plus ou moins directement et reprochant à son employeur de lui remettre des bulletins de salaires non conformes;

Qu’il a saisi le Conseil des Prud’hommes le 17 décembre 2009 ;

Lire la décision de justice

GFI Informatique avis
des médias

GFI Informatique avis des médias

Plusieurs suicides en seulement un an chez GFI Informatique

Après plusieurs suicides en seulement un an, GFI Informatique Nantes a mené un audit qui a révélé des erreurs de management et d’organisation. La direction a aussitôt accepté de les reconnaître et en réaction, a mis en place d’un dispositif d’écoute des salariés

Lire l’article complet

Tous les articles concernant le groupe GFI Informatique