La liberté d’expression est menacée, le journaliste en France est un métier à risque juridique

Liberté d’expression un combat de tous les jours

Participer à changer le cours des choses, c’est bien un des  objectifs d’Alliance Sociale. Cela peut paraître ambitieux voir prétentieux, mais sans ambition rien n’est possible.

Depuis que nous avons fondé le syndicat en 2003, nous n’avons cessé de remuer le cocotier, notre créneau : informer et défendre les salariés. Et comme « la liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas », Alliance Sociale s’en sert via, son site internet, sa liste de diffusion, et à travers les tracts courrier. Depuis notre victoire juridique contre le Groupe Capgemini et contre la CFDT et la CFTC en date du 6 Mai 2010, arrêt confirmé en 2011 par la chambre sociale de la cour de cassation, nous avons crée une jurisprudence depuis utilisée par tous.
Avec nos modestes moyens nous tentons de vous apporter une information objective.

Liberté d’expression
en France

Liberté d’expression, la démocratie sociale est en souffrance

Aller dans le sens d’une démocratie sociale moins verticale et beaucoup plus horizontale, c’est notre combat.
Nous avons toujours refusé d’être un syndicat d’accompagnement de la politique de l’employeur.
Résultat : Les représentants d’Alliance Sociale n’ont pas de voitures de fonctions, ni de fabuleux locaux syndicaux, n’ont pas les moyens financiers pour organiser des déjeuners ou des soirées (des sauteries pour certains).
Mais en contrepartie, Alliance Sociale est libre et indépendant. Il n’est au service de personne et en même temps, il est au service de tous les salariés et ceci depuis plus de 10 ans. Malgré l’énergie, la volonté, la motivation, la passion de ses adhérents et administrateurs Alliance Sociale est bien entendu fragile. Cette fragilité n’est pourtant pas irrémédiable, il suffit qu’Alliance Sociale soit porté par un plus grand nombre de salariés dans plusieurs entreprises pour qu’il devienne plus puissant.

Liberté d’expression, grâce à internet ça devrait changer, mais sur le long terme

Si vous partagez les valeurs qui sont celles d’Alliance Sociale, alors vous devez nous rejoindre à la mesure de vos disponibilités.
Donc oui, vous l’avez compris, Alliance Sociale est de tous les combats, et sur tous les fronts. Dans le contexte actuel d’un syndicalisme classique en perte de vitesse, d’une législation qui va dans le sens des marchés financiers, la mobilisation de tous est importante.

En France, informer c’est prendre un risque juridique. En effet certains utilisent le délit de diffamation comme une arme de dissuasion massive à la liberté d’expression, cette arme juridique est régulièrement utilisée contre les lanceurs d’alertes. Dans ce cas l’usage de la citation « appeler un chat un chat » est totalement proscrit. Des journalistes indépendants comme Edwy PLENEL ou Fabrice ARFI se retrouvent régulièrement assigné en justice pour avoir dit la vérité, au lieu de les remercier d’avoir dénoncé des dérives, des dysfonctionnements et autres détournements.

En France, le premier qui dit la vérité se fait exécuter

Le fondateur du Syndicat Alliance Sociale, s’est retrouvé assigné au Tribunal pour diffamation pour avoir dénoncé des dérives, des dysfonctionnements et autres vols, au CE de SOGETI. Et pour ce genre d’affaire, la justice est rapide. En revanche pour des délits bien plus graves, les dossiers trainent pendant des années sans jamais aboutir. Eh oui, la plainte que nous avons déposé devant le Tribunal de Grande Instance de Nanterre est toujours en souffrance…

Constat le délit de diffamation est utilisé comme une arme de dissuasion massive à la liberté d’expression.

Mais quoi qu’il arrive, pour Alliance Sociale, le combat continue.

Syndicalisme, pourquoi ça n’intéresse pas les salariés Français